Trouver un logement étudiant avec dossier locataire complet

Trouver un logement étudiant avec dossier locataire complet

Dossier logement étudiant

Immobilier : trouver un logement étudiant !

Les 10 commandements

Etre admis dans le cycle supérieur, victoire !
Et le casse tête commence… il faut trouver un logement étudiant, généralement dans une grande ville…
Comment faire pour augmenter les chances de l’obtenir rapidement ? Quel budget ? Les conseils d’Atamoz : 

1. Avoir un dossier locataire béton !

Aussi bien pour une agence que pour un propriétaire particulier, la démarche est la même.
Le dossier locataire rassemble les informations et les documents nécessaires à l’étude de votre candidature.
A commencer par un justificatif d’identité, un justificatif de domicile, d’une attestation de ressources.
Et comme il s’agit d’étudiant, c’est les cautions qui apporteront cette garantie. Généralement les parents.

Le dossier locataire de candidature est essentiel pour trouver un logement, car il justifie de la situation. Avec un certificat de scolarité ou une carte étudiant. Et sinon, la lettre d’admission dans une formation est tout aussi valable.

Le dossier locataire doit être non seulement complet, mais doit également être compréhensible pour la régie ou le propriétaire qui en prend connaissance. Il doit donc être ordonné, propre et de préférence agréable. Sinon, c’est comme un CV : 30 secondes et généralement il termine sa chute dans la poubelle.

2. Pas de caution, pas d’attention La caution, ou le garant, est la personne qui s’engage financièrement vis à vis du bailleur propriétaire. C’est à dire qui va payer le loyer et les charges si le locataire ne règle pas ses échéances. Il s’agit donc d’un engagement qui doit être clairement indiqué sur l’acte de caution, avec le montant du loyer, les charges et les révisions potentielles, et mentionner la durée de cet engagement. La colocation peut également demander une caution solidaire, c’est à dire engager l’ensemble des locataires pour la défaillance d’un colocataire. De fait, les garants doivent apporter la « preuve » de leurs niveaux de ressources, par exemple avec le dernier avis d’imposition, les 3 derniers bulletins de salaire, une attestation de l’employeur. Généralement la caution demandée est égale à 3 fois le loyer mensuel. Ceci étant, il est possible de recourir à des garanties Loca-Pass ou VISALE qui sont des possibilités offertes pour les étudiants par Action Logement, en cas d’impossibilité pour les parents ou personne physique de se porter caution. Mais, parce qu’ici, il y a une exception à la règle. En effet, le propriétaire peut recourir à une assurance impayé. L’assurance loyers impayés (GLI) est un système de couverture payante qui assure que le loyer sera payé par un organisme dès le premier incident de paiement de la part d’un locataire. Cette assurance intervient dans plusieurs cas, de la simple lettre de rappel pour un impayé jusqu’à l’expulsion du locataire mauvais payeur. D’ordinaire, le propriétaire doit choisir entre le cautionnement ou l’assurance. Mais dans le cas d’une location d’un logement étudiant, le propriétaire peut cumuler les deux, ou opter que pour l’assurance, c’est son choix.

3. Le budget

Aïe, on parle de … celui qu’il faut bien nommer .

Un seul constat, les variables sont grandes. Pour un petit studio à Paris la location moyenne est de 700 Euros charges comprises. Il s’agit d’une moyenne, car les loyers commencent à 350 € pour culminer à 1500 € mensuel.
A Lyon, les loyers moyens sont à 580€
A Bordeaux également, le loyer est vers les 580 €
Rennes sera à 520€ de loyer moyen
A Marseille, un peu moins : 460€
Tout comme Tours qui tourne à 450€

De fait, il faut prévoir un dépôt de garantie qui vaut 1 mois de loyer hors charges.

4. Les aides au logement

Aaaah, on peut penser à alléger un peu le budget logement étudiant .

L’allocation pour le logement (APL) de la caisse des allocations familiales (CAF) peut intervenir dans le dossier étudiant, sous réserve des ressources.
Pour ce faire, il y a tout de même également la condition que le bail soit au nom du locataire, c’est à dire l’étudiant. Et que celui-ci occupe le logement à titre de résidence principale. Ce qui implique qu’il ne sera plus comptabilisé dans le foyer parental.

Par ailleurs, il faut vérifier que le logement puisse être éligible aux APL. Si ce n’est pas le cas, l’allocation logement sera alors versée au locataire.

Attention tout de même, généralement, le versement des aides nécessite un traitement administratif. Compter donc environ 2 mois avant le 1er règlement des aides après l’entrée dans le logement.

5. Logement meublé ou logement vide, il faut choisir

En fait, d’un côté on évite l’achat des mobiliers et le déménagement. Mais de l’autre, trouver un logement vide est bien plus aisé, car plus nombreux.

Vide, ne veut pas dire forcement totalement vide. Généralement il y a tout de même une petite cuisine avec une plaque de cuisson à minima.

Pour le reste, les obligations sont les mêmes, ou presque. A commencer par l’inventaire des équipements pour un meublé.

Par contre, pour un meublé, la période de préavis est plus courte avec seulement 1 mois. Alors que le logement vide impose 3 mois de préavis. Sauf avis contraire, ou comme dans certaines villes comme par exemple Lyon qui reste à 1 mois.

6. Le moment attendu : la signature du bail

Les règles et devoirs des deux parties, contractualisés dans un document unique entre le locataire et le propriétaire.

Le bail reprend bien évidement les informations de base : nom du locataire, identité du propriétaire, la surface habitable, le loyer de référence par M², la date de début et de fin, les modalités de renouvellement, la description du logement, le montant du loyer précédant, les équipements communs à l’immeuble, les moyens de communication, le montant du dépôt de garantie, l’assurance et la sous-location ou non de ce bien.

Le bail engage donc, le ou les locataires et les cautions (les garants).

7. Le 1er règlement de loyer 

Quand on dit, 1er règlement de loyer, il faut généralement entendre : « 1er loyer et le dépôt de garantie ».
Heureusement, ce dépôt est réglementé. Il ne peut excéder 2 mois pour un meublé et 1 mois de loyer pour un non meublé. Cette garantie sera restituée (ou pas) au moment de la libération des lieux, sous réserve qu’il n’y ait pas de désordre à constater… par rapport à l’entrée des lieux.

8. L’état des lieux

Ok, disons le tout de suite, l’état des lieux d’entrée est un moment qui va vous paraitre long et inutile.
Et bien non ! 
Passez tout en revue, du sol au plafond en passant par les seuils de porte, les plinthes, les menuiseries, les poignées de porte, les fenêtres, les radiateurs, les robinets, les joints, les marques sur les murs, s’il y a des carreaux cassés, et s’il y a des équipements : comptez les petites cuillères.

A cet effet, il est bon de rappeler que le locataire a un délai de 10 jours pour faire savoir ses observations et demander un rectificatif de l’état des lieux, le cas échéant. Mais c’est beaucoup plus simple (et moins risqué) de le faire correctement dès le début !
C’est le moment de tester les radiateurs et les équipements… Et de noter des réserves en cas d’impossibilité de les tester, par exemple s’il n’y a pas d’électricité.

Parce que la règle est simple, à l’entrée, tout va bien… de toute façon vous payerez à la sortie.

9. L’ouverture des compteurs avant l’ouverture du champagne

Le locataire doit absolument être en règle avec son assurance habitation. Ensuite, il est temps de passer du côté des fournisseurs d’énergie : EDF/GDF par exemple. 
Petit conseil : au moment de la signature, demandez les Nom et N° De compte client et le fournisseur avec par exemple une copie de facture de l’ancien locataire… cela vous fera gagner énormément de temps à l’ouverture de vos nouveaux contrats.
Idem pour la téléphonie et autre accès internet.

10. Le temps de l’ouverture du champagne

N’oubliez pas, il y a des voisins. Et vous serez très content de les avoir lors d’un problème.
Et oui, vous êtes étudiant, et donc pas à l’abris d’un besoin…
Donc, il est bon de rappeler que le bruit peut aussi passer d’un appartement à un autre sans avoir signé de bail. 

En conclusion :
Pour bien démarrer votre recherche de location étudiante, commencez par vous présenter avec un dossier locataire complet PDF qui reprend l’ensemble des pièces nécessaires au dossier locatif.

Comme dit l’adage : rien ne sert de courir si vous ne vous présentez point !

Exemple dossier locataire

Atamoz L’artisan du lien

Articles connexes

Le monde de Immobilier

Zones Pinel : éligibilité des biens en 2021

Zones Pinel : éligibilité des biens en 2021

Pinel dossier locataire pour trouver un logement

Zone Pinel : Quelles sont les zones qui permettent le programme Pinel en 2021

Le découpage des zones éligibles pour Pinel

Jacques Mézard, notre ministre de la Cohésion des territoires, a souhaité recentrer le dispositif Pinel et son zonage « A/B/C ». Ce découpage est en application depuis le 1er octobre 2014 et reste valable jusqu’en 2024. Les candidats locataires peuvent odnc chercher à se loger avec des biens à loyer « protégés » dans les zones Pinel. Ca c’est la bonne nouvelle !

La zone Pinel concerne quel logement ?

Le zonage Pinel A/B/C touche plusieurs types de logement :

  • L’investissement locatif
  • Le logement intermédiaire
  • Le Prêt à Taux Zéro (PTZ)
  • Le Prêt d’accession sociale à la propriété (PAS)
  • Le Prêt Social Accession Location (PSLA)

Par contre, les paramètres du dispositif Pinel sont définis en fonction de chaque zone Pinel… on regarde cela :

Zone A bis Paris ainsi que ses 29 communes environnantes
Zone A L’Île de France, la Côte d’Azur, Lille, Lyon, Marseille, Montpellier et la partie française de l’agglomération Genevoise.
Zone B1 La totalité des métropoles de plus de 250.000 habitants, la grande couronne parisienne, et quelques villes où les prix de l’immobilier sont élevés (Bayonne, Saint-Malo, La Rochelle, Annecy, Chambéry, Cluses, la Corse ainsi que les autres îles non reliées au continent, mais aussi les départements d’Outre-Mer).
Zone B2 Les villes de plus de 50.000 habitants et celles ayant obtenu un agrément spécial de la part de la Préfecture.
Zone C Reste du territoire, non éligible à la loi Pinel depuis le 1er janvier 2018.

Pourquoi l’état a t-il souhaité un changement du logement Pinel

Le nouveau zonage Pinel va permettre une meilleure adaptation du marché immobilier actuel. Cette évolution permet à environ 1200 communes d’être reclassées dans une nouvelle zone Pinel. Et ce, pour mieux correspondre aux réalités du marché. Ainsi, Jacques Mézard, le ministre de la Cohésion des territoires, a permis de se recentrer sur des zones Pinel dites tendues. C’est ainsi que les villes se situant dans les zones A bis, A et B1 continueront à bénéficier de ce dispositif jusqu’à fin 2024. Par contre, pour les zones B2 et C, leurs villes sortirons de ce dispositif. Pour le moment, Ces zones B2 et C sont toujours d’actualité pour la version recentrée de la loi Pinel. Et ce, jusqu’au 31 décembre 2024, mais à partir de cette date, l’éligibilité sera uniquement dans les villes qui connaissent une forte tension, c’est à dire les zones A bis, A et B1

Alors quelles conséquences du nouveau programme Pinel

Tout simplement environ 1200 communes qui se trouvent reclassées.

Par exemple, des villes de la région lyonnaise ou de Marseille se retrouvent désormais reclassés en zone A. Pour d’autres, étant en zone Pinel B2 tels : Dijon ou Le Havre, sont reclassées en zone B1. Pour clôturer, c’est environ 600 villes classées en zone C qui se retrouvent en zone Pinel B1 ou zone B2. Les villes de la zone C sont elles, exclues du dispositif Pinel.

Du coup, qui peut profiter des logements du programme Pinel

Pas mal de monde en fait… Mais il faut répondre à certains critères, comme par exemple et le plus important : le seuil de revenu maximal (à ne pas dépasser) pour un foyer fiscal. On vous explique tout dans ce billet : Pinel les conditions éligibilité du locataire

Atamoz L’artisan du lien

Articles connexes

Le monde de Immobilier

Pinel les conditions éligibilité du locataire

Pinel les conditions éligibilité du locataire

Locataire programme pinel

La loi Pinel et l’éligibilité du Locataire

Le profil du locataire d’un programme Pinel

Pour être éligible à la location d’un logement via le dispositif Pinel, les potentiels locataires doivent respecter certaines conditions, notamment concernant leurs ressources. Nous vous expliquons tout. Principe de la loi Le pinel Pour faire simple, il s’agit d’un bien de type appartement qui est associé à une mesure de défiscalisation pour le propriétaire. L’objectif est qu’il demande des loyers inférieurs pour que le logement soit accessible au plus grand nombre. Il s’agit donc d’un contrat donnant / donnant entre l’état et le propriétaire, pour favoriser l’accès au logement aux ménages les plus modestes tout en de bénéficiant de logements décents à des prix abordable. Ceci étant, tout candidat locataire particulier ne peut pas prétendre à la location d’un bien Pinel. Ce dispositif concerne des personnes dont les ressources ne dépassent pas un certains revenu annuel. L’objectif étant bien d’organiser une répartition juste et équitable de ces biens. Il faut donc respecter des conditions d’éligibilité pour le locataire.

Le locataire type Pinel

La règle de base : Le locataire Pinel doit avoir son propre foyer fiscal et occuper le bien en qualité de résidence principale. Ceci étant, une personne imposée à l’étranger prétendre à un logement Pinel. L’administration fiscale française accepte les avis d’imposition d’autres pays. Le locataire candidat devra être capable de fournir, en plus de son avis d’imposition, une attestation de l’administration dont il dépend ou de son employeur.

Pinel et lien de parenté entre locataire et propriétaire

Le locataire d’un bien Pinel peut avoir un lien de parenté avec la famille du propriétaire à conditions de respecter certains critères simples :

  • Il ne doit pas y avoir d’affiliation fiscale.
  • Le locataire candidat doit avoir son propre foyer fiscal et ses propres déclarations de revenus.
  • Le locataire, devra bien lui verser un loyer. le de fait, locataire et propriétaire devront être en mesure de prouver le règlement des loyers.
  • Une personne louant le logement d’un membre de sa famille devra renoncer aux aides au logement. En effet, il est impossible pour un locataire de bénéficier des aides aux logements (APL, ALS ou ALF) tout en étant logé par un membre de sa famille.
  • Le logement ne peut pas être loué gracieusement.

Les plafonds de ressources du locataire candidat au logement Pinel

Pour pouvoir louer un bien Pinel, l’une des principales conditions à respecter est évidement le niveau des ressources du candidat. Come dit précédemment, la loi Pinel vise à lutter contre la crise du logement en permettant aux foyers les plus modestes de se loger correctement. Le gouvernement a ainsi fixé des seuils de revenus à ne pas dépasser. Ces derniers sont définis en fonction de la composition du foyer fiscal ainsi que de la zone Pinel : où se trouve le logement. Pour répondre à cette attente, la règle est simple : plus le bien est situé dans une à forte tension immobilière, plus le plafond sera élevé. De cette manière, cela permet de correspondre aux prix du marché sans défavoriser les locataires. Ces plafonds de revenus sont réactualisés tous les ans dès janvier. À ce jour, ils sont de :
Composition du foyer locataire Lieu de situation du logement
Zone A bis Reste de la zone A Zone B1 Zone B2
Personne seule 38 377 38 377 31 280 28 152
Couple 57 357 57 357 41 772 37 594
Personne seule ou couple ayant une personne à charge 75 188 68 946 50 233 45 210
Personne seule ou couple ayant deux personnes à charge 89 769 82 586 60 643 54 579
Personne seule ou couple ayant trois personnes à charge 106 807 97 766 71 340 64 206
Personne seule ou couple ayant quatre personnes à charge 120 186 110 017 80 399 72 359
Majoration par personne à charge supplémentaire à partir de la cinquième +13 390 +12 258 +8 969 +8 070

Les justificatifs et autres documents à fournir pour candidater à un programme Pinel

Pour justifier sa situation et donc son éligibilité à la location d’un logement Pinel, un locataire devra fournir plusieurs documents :

  • Un justificatif d’identité
  • Un justificatif de domicile
  • Un ou plusieurs justificatifs d’activité
  • Un ou plusieurs justificatifs de ressources, avec par exemple l’avis d’imposition (ou de non imposition)

Après cela, le candidat locataire d’un logement Pinel n’est pas obligé de faire dans le moche pour se présenter à son futur propriétaire…

Retrouvez tout ici ce qu’il faut pour non seulement fournir les bons justificatifs à votre propriétaire, mais également vous présentez sous votre meilleur jour avec un dossier locataire propre, structuré, complet et plaisant à la fois.

Atamoz L’artisan du lien

Articles connexes

Le monde de Immobilier

Le dossier locataire et son importance

Le dossier locataire et son importance

DOSSIER LOCATAIRE

Le dossier locataire, un allié que vous ignorez !

Qu’est-ce qu’un dossier locataire ?

Le dossier du locataire consiste en un ensemble des pièces justificatives exigées par le bailleur pour la location de son bien. C’est un élément extrêmement important sur la base duquel le bailleur fait la sélection de son futur locataire.

Il est donc bon de savoir qu’elles sont les pièces nécessaires à sa constitution. Tout d’abord, les documents obligatoires pour louer un logement sont les suivants :

  • Photocopie de votre carte d’identité (ou de votre passeport)
  • Trois derniers bulletins de salaire ou deux derniers bilans si vous êtes travailleur indépendant
  • Justificatifs de votre domicile actuel. Différents documents peuvent en attester : quittance EDF, avis de taxe d’habitation, relevé de la consommation d’eau…

Des documents facultatifs peuvent également être demandés (à avoir sous la main !) :

  • Dernier avis d’imposition
  • Carte d’étudiant
  • Carte de séjour
  • Photocopie de la pièce d’identité du garant
  • Attestation d’emploi de l’employeur
  • Photocopie de la taxe foncière, si propriétaire
  • R.I.B.
  • Quittance de loyer de la précédente location

Les locataires, qui n’ont pas à disposition ces documents ou qui ne les présentent pas de façon claire, se tirent une balle dans le pied dès le début !

Quel est le problème actuel  du candidat locataire ?

Au vu de l’importance du dossier locataire, rien ne doit être laissé au hasard lors de sa constitution. C’est le seul élément qui vous permettre de coiffer au poteau un concurrent locataire !

Or, ce dernier n’est que bien trop souvent fait de façon approximative… ce qui est regrettable car à garanties équivalentes, c’est souvent lui qui fait la différence !

Dans la majorité des cas, le dossier Locataire est trop souvent incomplet voire désordonné ce qui nécessite une prise en main laborieuse de la part de l’agence ou du propriétaire (une perte de temps qui n’est pas vraiment appréciée…). Ceci va à l’encontre de l’intérêt du futur locataire…

Il faut s’imaginer le dossier locatif comme une lettre de motivation ou un CV pour une future embauche. L’objectif est de faire bonne impression pour que le propriétaire ou l’agence place votre dossier en haut de la pile. Ainsi, un dossier de locataire clair, concis, à l’orthographe irréprochable et avec une présentation impeccable booste vos chances d’être sélectionné.

Pour que votre dossier locataire soit toujours en haut de la pile, ne laissez aucune place à l’improvisation et soignez sa présentation !

Pourquoi choisir de faire un dossier locataire avec Atamoz ?

Le dossier de location d’Atamoz a été pensé avec un double objectif : efficacité et séduction.

Efficacité,

Toutes les parties prenantes (futur locataire ou colocataires, garants complètent en ligne le dossier Locataire en déposant les pièces justificatives par leurs identifiants respectifs.

Une fois complet, là encore, ATAMOZ fait dans la simplicité ! Vous avez la possibilité de l’imprimer (pas très écolo…), de le transmettre en PDF ou d’envoyer le lien généré propre à votre dossier, pour le transmettre 10, 20, 30, 100 fois.

Ensuite, la séduction. On ne le répète jamais assez mais la présentation compte. Un beau dossier est un dossier retenu ! C’est pourquoi le dossier Atamoz se veut être agréable à la vue du lecteur, pour qu’il reste toujours au sommet de la pile. En tant que locataire, vous personnalisez votre dossier à votre guise en choisissant le modèle de présentation qui vous ressemble. Le dossier ainsi créé est unique comme vous !

Ne passez pas à côté du bien de vos rêves ! Mettez toutes les chances de votre côté avec ATAMOZ.

 

Atamoz L’artisan du lien

Articles connexes

Le monde de Immobilier

Les pièges à éviter pour la location d’un appartement

Les pièges à éviter pour la location d’un appartement

Locataire d'un appartement

Les pièges à éviter pour la location d’un bien immobilier

Une seule règle en la matière pour trouver son logement idéal ou presque : Ressortir l’expression « Se comporter en bon père de famille ». Cela veut dire : pas de précipitation, une vraie étude, en mode sécuritaire, pour le bien être de tous.

Piège à la location N°1 :

Exclusivité à ne pas manquer: Appartement de charme tout équipé à Paris avec vue imprenable 450€

L’envie, le moteur 1er de la décision hâtive. Quand on cherche un appartement et que l’on est étudiant, c’est presque l’annonce rêvée. C’est normal, elle est faite pour cela, on ne le dira jamais assez.
Il faut donc savoir lire entre les lignes, identifier (et éviter) les marchands de nuits, vérifier l’état des équipements, vérifier l’accessibilité et en gros, les mots utilisés également : « appartement de charme » = tout petit, « vue imprenable » s’entend sous les combles, non isolé… (nous sommes à Paris tout de même).
“quartier calme” signifie bien souvent que le logement est situé dans un secteur éloigné de tout transport.
“bon état général” cache souvent la nécessité de réaliser des travaux. Et pour finir  “appartement à rénover”, est synonyme de “travaux importants” !

Le loyer annoncé est le piège N°2

Le minimum étant de vérifier les prix et niveaux de loyer du quartier pour des biens comparables, en lisant les petites annonces ou en téléphonant aux agences environnantes avant toute décision.

Pour ce faire, renseignez-vous aussi sur les caractéristiques du logement, les voisins sont bien souvent également une source intarissable sur l’historique du quartier et ses nuisances, sa vie actuelle, les anecdotes de l’immeuble, de ses occupants et ses bailleurs. A cet effet, l’annuaire peut vous aidez à trouver des occupants de la copropriété assez facilement, donc avant de vous déplacer, un coup de fil peut vous rendre également service si vous êtes éloigné.

Piège N°3 : Un état des lieux… qui n’en est pas un

Un peu comme dans une bonne série noire, un bon thriller, il y des ingrédients favorables à une histoire avec un dénouement pas forcement à l’avantage du locataire. Mais ça, c’est à la fin de l’histoire qu’on à la levée de l’énigme : la bien nommée « caution ».

Si vous entrez dans le bien, c’est bien, en sortir indemne, c’est mieux. D’où l’intérêt d’un bon état des lieux, exhaustif avec photo à l’appui. Etat des lieux que vous pouvez conserver, va sans dire. Cela facilitera, le cas échéant votre préparation à la sortie des locaux que vous louez.

Un état des lieux est long à réaliser. Mais c’est un document contractuel important. Donc prenez une calculatrice et faites « votre caution » (généralement 1 mois de loyer) divisée par 1h30 disons. Ca fait tout de même cher de l’heure si vous perdez votre caution par négligence d’un état des lieux correctement réalisé.

En N° 4 : Les marchands de listes

Certaines sociétés vendent des listes de logements “à louer” pour une contrepartie allant de 100 à 150 € . Suite de nombreux abus, la légistation impose une réglementation stricte, en assimisant ces sociétés à des agents immobiliers. de fait, ils doivent être détenteurs d’une carte professionnelle et d’une garantie financière.

Avant de vous vendre une liste de logements, la société marchante de listes doit vous faire signer un contrat indiquant les mentions :

  • caractéristiques du logement recherché,
  • quantité et mode de communication des annonces (sur place, par courrier, par téléphone),
  • coût de la prestation.

Il est par ailleurs, recommandé de faire ajouter une clause mentionnant leur obligation de vous rembourser si la société marchante ne vous présente pas au moins 4 logements libres et correspondant à votre demande.
Pour autant, et malgré ces précautions, des litiges sont fréquents. Le risque est simple : vous risquez de payer par avance pour un résultat souvent nul. Donc Méfiance !

Atamoz L’artisan du lien

Articles connexes

Le monde de Immobilier