Immobilier.
Loyers : Forte hausse probable dans les prochains mois

Selon le dernier indice de référence des loyers (IRL), qui a subi une hausse de 2,48% en un an, l’inflation se fera bientôt ressentir sur les prix des locations.

Partager l’article

Alors que l’inflation se visualisait jusqu’à maintenant principalement lorsque vous faisiez vos courses ou votre plein d’essence, votre loyer jusqu’alors préservé de l’augmentation des prix pourrait très bientôt ne plus l’être. En effet, selon le dernier indice de référence des loyers (IRL), qui a subi une hausse de 2,48% en un an, l’inflation se fera bientôt ressentir sur les prix des locations.

Certes l’inflation au pas de course va engendrer une forte hausse du Smic dès le 1er mai (2,4% à 2,6%), cependant ses effets vont incessamment peser sur les ménages locataires, en entrainant la hausse des loyers.
Vendredi 15 avril, l’Insee a publié les chiffres actualisés de la hausse des prix à la consommation, ils ont augmenté de 4,5% au mois de mars. L’institut indépendante a dans le même temps rendu public le dernier indice de référence des loyers, sur lesquels se calent les propriétaires bailleurs pour définir la revalorisation annuelle des loyers. Il en ressort que pour ce premier trimestre, l’IRL s’élève à 133,96 et reflète ainsi une augmentation de 2,48%.

L’IRL varie tous les trois mois, il correspond en fait à la moyenne de l’évolution des prix à la consommation sur les douze derniers mois, sans prendre en compte les loyers et le tabac. Il sert donc logiquement de référence aux propriétaires qui ne peuvent pas augmenter annuellement leurs loyers au-delà de cet indice. Ainsi, l’indice sur lequel les bailleurs peuvent se reposer est le dernier indice publié à la date de signature du contrat.
Pour être clair, tous les baux signés entre avril et juin peuvent donc être réévalués à la date anniversaire du contrat sur la base de l’indice qui vient d’être publié. Évidemment, si vous allez prochainement emménager dans un nouveau logement et donc signer un nouveau bail, ce taux pourra également s’appliquer.

Dans les faits, voici comment le nouveau loyer est calculé :

Le loyer en cours hors charge est multiplié par l’IRL du dernier trimestre, le résultat de cette première opération est ensuite divisé par l’IRL du même trimestre de l’an passé.
Par exemple, pour un bail contracté au 1er avril 2021 faisant foi d’un loyer de 900 euros et prévoyant la révision du loyer à la date anniversaire du contrat, le bailleur pourra, à partir du 1er avril 2022, majorer son loyer de 19,29 euros, pour arriver à un loyer de 919,29 euros.
Afin de connaître l’évolution de votre propre loyer, l’Institut national de la consommation met à votre disposition un simulateur.

Il faut tout de même savoir que cette augmentation des loyers ne visera pas l’entièreté des locataires.

Pour savoir si votre loyer peut être revu à la hausse, référez vous à votre contrat de location. C’est seulement si votre bail mentionne une clause de révision annuelle que votre propriétaire pourra appliquer l’IRL sur le montant de votre loyer.
Pour ceux dont la clause est prévue, une éventuelle augmentation de votre loyer dans les mois à venir dépend donc de la date de signature du bail. Il faut en effet qu’un an soit passé et arriver à la date d’anniversaire du bail pour que le propriétaire puisse répercuter les effets de l’inflation sur le prix du loyer. Par exemple, si vous avez signé votre bail le 8 novembre 2021, c’est seulement à partir du 8 novembre 2022 que votre loyer pourra augmenter. La loi Alur, entrée en vigueur en 2014, précise que le propriétaire dispose ensuite d’un délai d’un an pour appliquer la hausse du loyer. Ensuite, il sera légal de le faire pour la période qui suit, à savoir du 8 novembre 2022 au 8 novembre 2023, mais plus pour la période du 8 novembre 2021 au 8 novembre 2022.

Articles connexes

Le monde Immobilier

Atamoz L’artisan du lien