immobilier comment mieux sécuriser son logement

immobilier comment mieux sécuriser son logement

Immobilier : Comment mieux sécuriser son logement ?

Voici les différentes étapes afin d’optimiser la sécurité de son logement de façon optimale…

Partager l’article

Dans l’univers de l’immobilier, l’insécurité est de plus en plus grande. Face à des statistiques inquiétantes, il est nécessaire de sécuriser son logement. En France, un cambriolage a lieu toutes les 90 secondes, l’équivalence de 243 000 par an. La sécurisation du logement devient un enjeu majeur face à cette réalité. Cependant un cambrioleur n’insiste pas plus de cinq minutes s’il ne parvient pas à entrer rapidement, d’où l’importance de renforcer ses systèmes de sécurité.

Voici les différentes étapes afin d’optimiser la sécurité de son logement de façon optimale.

Dans un premier temps, il est judicieux d’installer des serrures plus sécurisées en contactant un serrurier.

En effet, renforcer les différents endroits susceptibles d’être des points d’entrée permet de faire en sorte que l’accès par effraction y soit quasiment impossible. Les serrures sont plus simples à forcer qu’une porte entière, c’est pourquoi remplacer ces dernières par des modèles offrant un très haut niveau de sécurité est recommandé.

Faire appel à un serrurier pour vous conseiller sur les types de serrure les plus adaptés à son logement est primordial, puisqu’il dispose des connaissances et de l’équipement requis pour assurer l’installation. Il est cependant important de bien le choisir face à la mission qui lui sera confiée, son expérience et son savoir-faire ne doivent faire aucun doute.

Il peut également être judicieux d’ajouter un éclairage extérieur pour avoir une meilleure visibilité la nuit. Diminuer au maximum les zones d’ombre fera fuir les personnes mal intentionnées qui se servent de l’ombre pour commettre leur délit incognito. En installant tout le long de la clôture de la maison des lampes qui assurent un éclairage lorsqu’elles détectent un mouvement, le risque qu’un individu s’approche de l’habitation sans être repéré est diminué.

Afin de sécuriser les objets de valeur, l’obtention d’un coffre-fort afin de dissimuler ces derniers peut être une bonne idée. Dans l’hypothèse où des cambrioleurs franchiraient toutes les barrières, ils n’auraient rien de vraiment significatif à emporter.

Pour plus de sécurité, investir dans un coffre-fort incrusté reste l’idée la plus sûre. Il est emmuré pour ne laisser apparaitre que la face sur laquelle se trouve l’ouverture. Cela rend son camouflage derrière un meuble ou un tableau beaucoup plus simple pour ne donner aucune chance au cambrioleur.

L’installation d’une alarme est indispensable pour sécuriser une habitation. Nous pouvons considérer que l’alarme dissuade les cambrioleurs qui ne veulent pas tenter de la déclencher ou risquer de ne pas réussir à la couper. Ou alors, une alarme dissimulée n’attire pas l’attention et de ce fait n’attire pas les cambrioleurs. En effet, pourquoi une alarme si la maison ne renferme rien de très précieux ? De plus, les cambrioleurs seront moins tentés de la désactiver.

Des caméras intérieures ou extérieures peuvent se substituer ou compléter un système d’alarme. Il existe également des visiophones connectés qui permettent de filtrer les entrées depuis un portail ou portillon. Il vous permet de voir en temps réel ce qui se passe chez vous et de répondre à distance, n’importe où dans le monde. Un bon moyen de simuler une présence car les cambrioleurs vérifient souvent la présence des habitants avant toutes tentatives.

Enfin, il est important d’informer ses enfants sur la sécurité de la maison et les mesures à prendre en cas d’urgence. Effectivement, toute les mesures de sécurité et les protocoles établis seront sans effet si les occupants de la maison ne les mettent pas en pratique. Il est donc judicieux de prendre le temps d’informer petits et grands des différentes dispositions qu’il est important de prendre et des gestes à adopter pour les appliquer. Il faut se montrer particulièrement persuasif avec les enfants qui sont plus facilement négligents dans certaines situations.

Les gestes au quotidien

Les maisons verrouillées, les volets fermés et les lumières éteintes sont autant de critères qui permettent aux cambrioleurs de passer à l’action en votre absence. En effet, une maison plongée dans le noir trahit votre absence. La solution est de simuler une présence même lorsqu’il n’y a personne.

Il peut être également judicieux de faire appel à vos voisins lors de vos absences pour surveiller et faire acte de présence chez vous.

Installer un programmateur journalier qui allume les lumières ou la télévision à heure fixe afin de faire croire à une véritable présence peut dissuader les cambrioleurs.

Articles connexes

Le monde Immobilier

Atamoz L’artisan du lien

Immobilier et les bienfaits des plantes dépolluantes

Immobilier et les bienfaits des plantes dépolluantes

Immobilier : Les plantes dépolluantes, réalité ou mythe ?

Des plantes censées “dépolluer” notre domicile, la bonne initiative naturelle a pratiquer sans modération ? Dans tous les cas, cela rend plus heureux…  

Partager l’article

Sur de nombreux sites internet ou encore en jardinerie, nous retrouvons de longues listes de plantes censées “dépolluer” notre domicile. En passant par les plus connues comme la fougère, le cactus ou encore le lierre, toutes ces plantes nous font la promesse de dépolluer nos intérieurs et pourtant rien ne prouve, scientifiquement, que ces plantes assainissent l’air de nos locaux.

Certains de ces végétaux auraient de multiples vertus dépolluantes cependant ceci n’est seulement qu’un argument de vente pour certaines plantes vendues en jardinerie et sur de nombreux sites internet.

Mais que dit la science à ce sujet ?

Nadine Duesco, cheffe du service qualité de l’air à l’Ademe (Agence de l’environnement de la maitrise de l’énergie) assure que les plantes ont des capacités naturelles à fixer certains polluant mais ce n’est qu’un phénomène très restreint, à proximité de la plante. Le terme “plantes dépolluantes” n’est qu’un terme purement marketing puisqu’aucun label sur ce sujet ne correspond à une réalité scientifique.

Contrairement aux idées reçues, les plantes ne permettent pas de purifier l’air d’un logement. Damien Cuny, professeur de physiologie des plantes à Lille et coordinateur du programme de recherche PHYTAIR témoigne que ces plantes ont des capacités naturelles à épurer, mais ce n’est pas suffisant pour créer un effet significatif dans un logement.

Ces plantes sont inefficaces face à certains polluants présents dans une maison comme les fibres, les métaux et certains gaz comme le radon. Nadine Duesco ajoute que la plante posée dans un coin d’une pièce capte les quelques gaz qui sont à sa portée mais elle ne pourra certainement pas dépolluer l’air ambiant.

Cependant, les plantes fixent tout de même certains polluants présents dans l’air et rejettent de l’oxygène grâce à la photosynthèse mais leur capacité est insuffisante pour parler de dépollution, selon Damien Cuny. Pour avoir une quantité d’absorption suffisante il faudrait alors une jungle à domicile selon le chercheur, ce qui n’est dans tous les cas non envisageable et pas souhaitable. Pour éliminer les polluants d’un logement, la manière qui reste la plus efficace reste la ventilation et l’aération de ce dernier.

Dans le cadre de l’étude PHYTAIR, les scientifiques ont expérimenté 3 plantes réputées pour assainir l’air intérieur : le lierre du diable, la plante araignée et le dragonnier de Madagascar. Celles-ci captent du monoxyde de carbone, du benzène et du formaldéhyde. Bien que les concentrations de polluants diminueraient entre 30 et 90% en leur présence sur une période de 24 heures, leurs effets ne sont pas les mêmes en conditions réelles. Dans un lieu de vie aéré et ventilé, les résultats sont complétement différents. Par exemple, pour une pièce de 10m², l’étude révèle que 3 ou 4 plantes n’auraient aucun fait réel sur les polluants intérieurs.

De plus, une étude Danoise affirme que d’autres facteurs modifient le taux de captation de ces plantes comme son espèce, l’intensité lumineuse et la concentration en Composés Organiques Volatils (COV).

Bien que les plantes ne soient pas prouvées comme dépolluantes par la science, elles possèdent néanmoins plusieurs bienfaits.

Les plantes vertes sont idéales au bureau puisqu’elles sont apaisantes, elles facilitent la concentration et amenuisent le stress.

Des études prouvent que les plantes aident à diminuer les effets nuisibles des champs électromagnétiques comme la fatigue et les maux de tête. Parfaites pour décorer votre bureau, à proximité de vos outils informatiques, et pour stimuler votre créativité.

Leur couleur verte apaisante est également un facteur d’impact bien-être.

Articles connexes

Le monde Immobilier

Atamoz L’artisan du lien

Immobilier : Comment se chauffer cet hiver

Immobilier : Comment se chauffer cet hiver

Immobilier : Comment se chauffer cet hiver face aux décisions du gouvernement ?

Le gouvernement a mis en place un plan de sobriété énergétique dont sa principale mesure est de limité le chauffage à19°C dans les habitations.

Partager l’article

Comment se chauffer cet hiver face aux décisions du gouvernement ?
Face à la crise énergétique à laquelle nous faisons face actuellement, le gouvernement a mis en place un plan de sobriété énergétique dont sa principale mesure est de limiter le chauffage à 19°C dans les habitations ainsi que les bureaux.

Cette recommandation faite par la première ministre Elisabeth Borne fait économiser de l’argent aux français d’autant plus que le chauffage est le principal poste de consommation énergétique des foyers en France. A lui seul, il représente 66% des consommations énergétiques d’un foyer.
Cependant la température idéale des Français pour leur logement est de 20,2°C.

Or, réduire de 1°C notre chauffage pour respecter la recommandation du gouvernement baisserait de 7% notre consommation d’énergie et ainsi réduirait nos frais de chauffage.

Face à cela, le gouvernement conseil d’acheter un thermostat programmable et prévoit une aide allant jusqu’à 65€ pour cet achat. Ce thermostat permet de réguler la température même en cas d’absence, à distance. De plus, il permet de réguler la température selon l’utilité d’une pièce. En effet, une chambre par exemple, a besoin de chaleur permanente. C’est pourquoi il est possible de maintenir la température à 17°C ou moins la journée, puis de l’augmenter le soir pour ainsi faire des économies.

Voici quelques astuces pour mieux se chauffer cet hiver :
Tout d’abord il est important d’entretenir ses radiateurs régulièrement, en le purgeant ou en le dépoussiérant par exemple.
Afin de limiter la déperdition de chaleur, il est recommandé de placer une feuille réfléchissante ou du papier aluminium derrière le radiateur pour empêcher la chaleur de se perdre dans le mur. Cela va permettre de limiter jusqu’à 50% la perte de chaleur.

Il est également préférable de faire un diagnostic énergétique pour mieux isoler son logement. Effectivement, en France, près de 7 millions de logements sont mal isolés ce qui engendre une plus forte consommation d’énergie pour le chauffage.

Il est important de ne pas couper son chauffage la journée. En effet, cela est une fausse bonne idée puisqu’en pensant faire des économies d’énergie et d’argent, cela va créer tout l’inverse. Lorsque vous allez rentrer le soir et ré-enclencher le chauffage, cela va engendrer une importante monté de chaleur pour remettre la pièce à température et ainsi augmenter vos factures.

Si vous maintenez une température de 7°C en journée cela permet d’avoir des conditions vivables dans votre logement même si quelque peu fraiche et lorsque vous rentrez de vacance, vous pourrez remonter le chauffage sans avoir une explosion de la facture.

Afin de réduire un maximum la consommation d’énergie, la France a pour objectif de réduire l’émission de carbone de plus de 500 000 logements en apportant de nombreuses aides afin d’en finir avec les chaudières à gaz et fioul trop polluantes et très couteuses. C’est pourquoi le gouvernement a mis en place Maprimrénov’ qui aide financièrement les français modestes pour rénover leur logement afin de réduire leurs émissions à effet de serre. Le gouvernement a prévu de porter à 2,5 milliards d’euros l’enveloppe consacrée à cette prime.

Cependant cette prime est pointée du doigts pour de grave dysfonctionnements techniques récurrents et les rénovations globales des logements sont rares. La Cour des Comptes a relevé que le dispositif n’a permis en 2021 de faire changer de niveau de performance énergétique que 2500 logements, contre un objectif de 80000 passoires thermiques.

Cependant il existe une autre prime de l’état si vous ne souhaitez pas passer par Maprimerénov’ qui est la Prime Effy. Elle s’inscrit dans le dispositif des Certificats d’Economies d’Energie (CEE) et des primes énergies. Cette prime est versée sous forme de chèque bancaire et son montant varie en fonction des économies d’énergie réalisées. Elle s’adresse à tous les particuliers, que ce soit les locataires, propriétaires habitants ou encore bailleurs qui engagent des travaux de rénovation énergétique dans leur résidence principale ou secondaire si celle-ci a été construite il y a plus de deux ans. Elle peut être cumulable avec Maprimerénov’, L’éco-prêt à taux zéro ou encore à la TVA à 5,5%.

Pour en bénéficier vous devez :
Vous rendre sur le site de la Prime Effy et faire une demande avant de signer votre devis de travaux
Choisir un artisan RGE (partenaire Effy ou non)
Envoyer le devis signé dans les 15 jours à la plateforme
Réalisez vos travaux
Faire parvenir la facture sous 30 jours
Signez l’attestation sur l’honneur avec votre artisan

Et vous recevrez sous 15 jours votre Prime Effy après validation de votre dossier.

Articles connexes

Le monde Immobilier

Atamoz L’artisan du lien

Immobilier : Bien décorer son logement

Immobilier : Bien décorer son logement

Immobilier : Comment bien décorer son logement ?

Vous venez d’investir dans un logement locatif en vue de le louer meubler, l’idée est alors de bien le présenter. On explique comment et pourquoi.

Partager l’article

Vous venez d’investir dans un logement locatif en vue de le louer meubler mais vous trouvez que ce dernier est mal agencé, que son style se ternie ou qu’il est vieillissant ?
Retrouvez dans cet article des conseils et astuces pour bien aménager et décorer votre logement, et ce, même pour les petits appartements !

Attention cependant, cela ne vous dispensera pas de respecter la liste minimum de mobilier à fournir que vous retrouverez dans un de nos précédent article : Location d’un meublé

Sols et murs

Si vous souhaitez changer la couleur de vos murs sans forcément devoir les repeindre, il existe le papier peint repositionnable. Etant plus solide qu’un papier peint ordinaire, il est également plus résistant. Il peut se poser sur des murs endommagés et prend peu de temps à installer. Grâce à son coté adhésif, il est facile de le poser au mur et de le retirer. Il peut également s’utiliser pour revêtir des meubles, en tant que tableau, fresque ou encore tête de lit. Bonne alternative pour les addicts à la déco qui souhaitent constamment changer la décoration de leurs intérieurs sans pour autant se ruiner.

Vous n’aimez pas les murs de votre cuisine ou salle de bain, mais repeindre ne vous enchante guère ? La solution pour redonner de la fraicheur à ces pièces à moindre coûts est le carrelage adhésif. Troquez votre carrelette, croisillons, colle, spatule et poche de joint contre un cutter (ou une bonne paire de ciseaux) et une règle. Cette solution à petit prix est d’une excellente tenue dans le temps. Avec sa pose carreaux par carreaux, cela vous permet de laisser libre cours à votre imagination pour créer une atmosphère qui vous ressemble.

Vous souhaitez changer le sol de votre logement mais vous ne voulez pas vous engager dans une dépose qui vous coûtera cher ? Vous pouvez recouvrir l’ancien sol par un autre revêtement, par exemple un lino imitation carrelage, parquet flottant qui ne nécessite pas de colle ou encore jonc de mer.

Améliorer son mobilier

Vous souhaitez mieux aménager votre salon mais celui-ci dispose du stricte nécessaire en matière de meubles ? Il vous suffit d’investir dans du petit mobilier comme des poufs, fauteuils, tapis ou encore table basse qui donnera un aspect plus chaleureux à votre pièce. De plus, si le canapé, pièce phare du salon, ne vous convient pas, une astuce simple et de le recouvrir ou de changer sa housse pour lui donner la couleur ainsi que la matière que vous voulez. La présence de coussins ajoutera une touche supplémentaire à votre pièce.

Optez également pour des lampes sur pieds qui rendront votre pièce accueillante et qui permettent, si vous ne possédez qu’une seule applique pour toute une pièce, de rendre plus lumineux vos espaces.

Si vous trouvez que vos meubles sont fades et manquent de style, sachez qu’il existe des feuilles autocollantes qui imitent à la perfection le bois ou encore le marbre, avec lesquelles il est simple de recouvrir vos meubles de cuisines, plans de travail ou encore portes de placards.

Décorations

Afin de donner un peu de couleur aux pièces dont les murs sont exclusivement blancs, n’hésitez pas à miser sur la décoration. Si vous trouvez que votre chambre est triste, optez pour de jolis linges de maison colorés, qui à eux seuls réussiront à réchauffer la pièce et lui donner du style. Il en est de même pour votre salon, un plaid posé sur votre canapé donnera un aspect plus chaleureux à votre pièce. Et puis, rien de mieux pour passer l’hiver ! Votre locataire vous remerciera !

Pour ne pas laisser vos murs vides vous pouvez opter pour des étagères qui vous permettront de gagner de l’espace au sol tout en optimisant vos rangements. Ou alors, vous pouvez miser sur une déco XXL, à l’aide de grands cadres, de tissus accrochés ou même de planisphères pour faire un minimum de trous en décorant un maximum les murs. En effet, il existe des crochets qui se fixent aux murs sans devoir les visser et faire des trous.
Autre variante, vous pouvez également poser des cadres ainsi que des miroirs au sol ou sur des meubles plutôt que de les accrocher.

Enfin, pour donner quelques touches de couleur, n’hésitez pas à décorer vos intérieurs de vases, livres, plantes ou tout autres bibelots, le tout sur une jolie desserte ou autres meubles et étagères.

Il est important de le décorer avec passion, même s’il est destiné à la location.

Si s’occuper de plantes ne vous enchante pas ou que vous n’avez pas la main verte, sachez qu’il en sera certainement de même pour votre locataire. Vous pouvez toujours opter pour des fleurs séchées à disposer dans toutes vos pièces, qui sont super tendances cette année et qui ne demandent aucuns soins particuliers.

Tous ces conseils et astuces vous éviteront de racheter des meubles déjà présents dans votre logements et d’envisager des travaux qui peuvent vous être couteux.
Attention tout de même à choisir du mobilier résistant et peu salissant, à l’épreuve de vos locataires pour longtemps. Les canapés en velours c’est beau, mais risqué…

Articles connexes

Le monde Immobilier

Atamoz L’artisan du lien

Comment bien préparer un état des lieux

Comment bien préparer un état des lieux

Immobilier : Comment bien préparer son état des lieux ?

Même si l’état des lieux n’est pas obligatoire, il est tout de même fortement conseillé d’en effectuer un… On dit pourquoi et comment.

Partager l’article

L’état des lieux, vaste sujet qui fait couler beaucoup d’encre. Alors on fait le point.
De plus en plus de propriétaires souhaitent gérer leurs logements eux-mêmes notamment quand il s’agit de faire des visites ou encore rédiger le contrat de bail. En revanche, l’état des lieux peut souvent être compliqué à gérer et reste un sujet de conflit entre propriétaires et locataires.

En effet, même si l’état des lieux n’est pas obligatoire, il est tout de même fortement conseillé d’en effectuer un. L’absence d’état des lieux d’entrée laisse supposer que l’appartement est en bon état. Elle empêche également de réclamer des petites réparations de la part du locataire.

Faire l’état des lieux est donc important pour le propriétaire puisque cela lui permet de protéger son logement et ses finances des éventuels travaux liés aux dégâts causés par son locataire. Il est donc conseillé de prendre le temps de faire un état des lieux pour ne pas passer à côté d’aucune détérioration du logement. Cela vaut pour le locataire à l’entrée, mais également pour le propriétaire à la sortie.

Il est très important pour le propriétaire d’être attentif et d’opter pour une méthodologie stricte pour l’état des lieux du logement pour être sûr de ne rien oublier. Il peut être judicieux pour ce dernier de s’appuyer sur les logiciels de gestion locative qui proposent des états des lieux comme celui d’Atamoz. Ce dernier permet au propriétaire de décrire pièce par pièce, en détaillant chaque meuble mentionné dans le contrat de location, avec le plus de détail possible sur l’ensemble du logement.

En effectuant un état des lieux d’entrée avec ce logiciel en présence du locataire vous diminuez fortement les risques de conflits lors de l’état des lieux de sortie.

Si l’état des lieux d’entrée concerne plus particulièrement le propriétaire, l’état des lieux de sortie, lui, concerne majoritairement le locataire. Il est de son devoir, pour le bien de son dépôt de garantie, de le rendre dans le même état qu’à l’emménagement.

Le locataire doit rendre son logement nettoyé, du sol au plafond en passant par les extérieurs. Toutes les traces qu’ont pu laisser les meubles ou les cadres au mur doivent être nettoyées, les poignées et encadrements de portes, les interrupteurs, les plinthes ou encore la cheminée doivent être remis en état.

Si le locataire a effectué des trous dans les murs ce sera à lui de les reboucher et également à lui de faire les raccords de peinture ou de papier peint.

Les vitres doivent également être nettoyées, mais aussi changées si certaines sont fêlées ou cassées. Si les portes et fenêtres ne s’ouvrent pas correctement il faudra les graisser.

Les sanitaires ne doivent plus contenir de calcaire et aucun robinet ne doit fuiter. Tous ces petits travaux de plomberie doivent être réglés par le locataire avant son départ.

Les extérieurs ne doivent pas être laissés à l’abandon. La pelouse doit être tondue, la terrasse balayée ainsi que les gouttières vidées…

En ce qui concerne les petits travaux, il est préférable d’avoir l’accord du propriétaire avant d’entamer n’importe quel changement dans le logement. Toutefois, certains locataires ne demandent aucune autorisation et repeignent les locaux, décident de faire des trous dans les murs ou encore d’installer une chatière. Dans ce cas le locataire devra prévenir son propriétaire de ces différentes modifications et ce sera au bailleur de décider s’il souhaite garder ces modifications ou demander au locataire de repeindre les murs dans sa couleur d’origine, reboucher les trous ou de remplacer la porte.

Les conflits énoncés plus haut arrivent lors de la comparaison entre l’état des lieux d’entrée et de sortie. C’est aussi la raison pour laquelle il est important d’effectuer un ménage en profondeur.
En effet, une moquette mal lavée peut être considérée comme dégradée, alors qu’elle présente juste des traces d’usure normale.

Il est tout à fait compréhensible qu’après des années d’utilisation la peinture et les sols soient défraichis, l’usure normale est donc prise en compte lors de l’état des lieux de sortie. Cependant, si des marques de détérioration se manifestent, elles seront mises sur le compte du locataire et déduites du dépôt de garantie.

Il est tout à fait possible de faire appel à un huissier de justice en cas de désaccord lors de l’état des lieux de sortie entre le locataire et son propriétaire. Les frais sont à partager entre les deux parties en opposition à un état des lieux de sortie qui est obligatoirement gratuit pour le locataire.

Il est préférable que l’huissier soit présent lors de l’état des lieux de sortie si les rapports entre le locataire et le propriétaire sont conflictuels depuis le début. Il sera de son devoir de trancher et de répartir les charges entre le bailleur et son locataire.

En somme, pour ne pas devoir en arriver à cette fin, il est pertinent de préparer minutieusement son état des lieux au préalable autant pour le locataire que pour le propriétaire. C’est la meilleure solution pour éviter les désaccords mais également récupérer le dépôt de garantie intégralement.

Alors rendez-vous sur Atamoz, pour un état des lieux réussi, sans conflit.

Articles connexes

Le monde Immobilier

Atamoz L’artisan du lien

Immobilier acheter ou louer en 2022

Immobilier acheter ou louer en 2022

Immobilier : Acheter ou louer un appartement ?

La tendance en immobilier pour 2022 est elle d’acheter ou de louer un logement. La réponse, ou l’analyse…

Partager l’article

La transaction immobilière prend le dessus sur la location ?

Acheter ou louer un bien immobilier en 2022, la question se pose. Les offres immobilières parlent, mais quelle est la réalité exactement ?

En France le marché de la location est au plus bas, avec 27% des annonces qui portent sur la location contre 73% qui concernent des biens à vendre. Dans certaines régions comme en Bretagne, en région PACA ou encore dans les Pays de la Loire le marché de la transaction est nettement au-dessus de celui de la location. Pour vous donner un ordre d’idée, pour seulement deux biens mis en location, huit sont mis en vente. Cela n’épargne pas l’Ile de France où malgré le marché particulièrement tendu il n’a jamais été aussi difficile de trouver un logement en location.

Les logements ayant le plus basculé vers la vente sont les petites surfaces. Les studios, pourtant les plus recherchés pour la location, ont reculé de 12% sur un an laissant les étudiants sans logement à la rentrée face à une demande qui a explosé. Les deux pièces, eux, ont reculé de 10% comparé à l’année précédente.

La pénurie est telle que lorsqu’un bien est mis en location, il obtient désormais en moyenne 87 appel téléphonique de candidats intéressés, leur dossier locatif en mains. En 2021 le nombre moyen de candidats par annonces était de 50.

Cela signifie que nombre de profils (étudiants, précaires, jeunes actifs) risquent de ne plus pouvoir se loger.

Si les propriétaires ne louent plus leurs biens c’est tout simplement parce qu’ils les vendent à la recherche de biens plus grands, situés dans d’autres villes et régions ou plus exactement, parce qu’ils s’en débarrassent…

En effet, de nouvelles contraintes font face aux logements énergivores avec l’arrivée de la loi Climat et résilience, en déplaise aux propriétaires.

Afin de lutter contre le réchauffement climatique, l’état français a souhaité la neutralité carbone d’ici 2050. Le gouvernement souhaite améliorer les performances énergétiques des logements pour ainsi diminuer leur consommation énergétique. En effet, 47% de l’énergie produite est consommée par les ménages dont la majeure partie est constituée par le chauffage et la climatisation de ces derniers.

Cette amélioration est d’autant plus importante lorsque l’on sait que dans le classement énergétique la classe D représente 35% des résidences principales face à 2% pour les classes A.

Depuis le mercredi 24 août 2022, le gel des loyers s’est appliqué sur tous les logements dits “passoires thermiques”, c’est à dire les logements classés F ou G.

De plus, à partir du 1er janvier 2023 les logements consommant plus de 450KWh/m²/an ne pourront plus être mis en location.

De ce fait, de nombreux propriétaires craignant de ne plus pouvoir, ou de mal louer leur bien par manque de moyen ou ne souhaitant pas procéder aux travaux d’isolation se voient dans l’obligation de se séparer de leur(s) logement(s). Le nombre de logements classés G en France s’élèverait à 140 000. Mais la loi ne s’arrête pas là puisque dès 2028 ce sont les logements classés F qui ne pourront plus être mis en location et à partir de 2034 ce sera le tour des logements classés E.

En cas de non-respect de cette loi le locataire peut mettre en demeure le propriétaire de réaliser les travaux de rénovation énergétique. Il peut également faire appel à un juge pour obtenir une baisse de loyers, un remboursement partiel ou total des loyers versés. Il pourra également obtenir des dommages et intérêts s’il arrive à prouver que cela lui a porté préjudice dans sa vie quotidienne.

Cependant, Est-ce que cette fuite vers le débarra des biens qui ne pourront plus être loués d’ici 2023 est vraiment une solution judicieuse ?

Si le propriétaire décide de vendre son logement, la présentation d’un DDT avec un DPE et un audit de performance énergétique lui sera demandé. Dans le cas où il ne le présente pas, le propriétaire encoure des poursuites pénales pouvant aller jusqu’à 2 ans de prison et 300 000 euros d’amendes.

De plus, les propriétaires qui s’apprêtent à céder leur bien énergivore devront s’attendre à une décote plus ou moins forte sur le prix de leur logement. Une maison ou un appartement classé F ou G se vendra ainsi 18% moins cher que s’il était classé A ou B et environ 7% moins cher par rapport au même bien classé C, D ou E. Ces écarts de prix peuvent donc aller de 17 500 à 45 000 euros pour un logement évalué à 250 000 euros. Cette différence peut être même deux fois plus élevée pour les biens situés à la campagne, là où la demande est plus faible et où le marché y est moins tendu que dans les grandes agglomérations.

Mais face à ces obligations les propriétaires se retrouvent à débourser de grosses sommes d’argent pour pouvoir vendre au prix et plus vite. Cependant, ceux n’ayant pas la trésorerie pour ces travaux souvent couteux sont forcés de revendent leur bien moins cher pour que le nouveau propriétaire puisse assumer les frais.

Articles connexes

Le monde Immobilier

Atamoz L’artisan du lien